Bridgr Insights

Quel est le problème avec l’industrie 4.0 et comment y remédier ?

Cet article a été rédigé en collaboration avec le Founder Institute. Vous pouvez également le consulter ici

Il y a quelques semaines, Elon Musk a tweetté  que « les humains sont sous-estimés » et que la  généralisation de l’automatisation n’a pas eu les résultats escomptés dans la gigafactory de Tesla. N’est-ce pas un bon point de départ pour essayer de comprendre ce qui ne va pas avec la transformation numérique et les usines intelligentes ?!

Tout le monde parle de l’industrie 4.0, la quatrième révolution industrielle, et de la façon dont elle va changer le secteur manufacturier ! Tout le monde croit qu’il s’agit de robot, de domotique et de la fin des humains dans les usines, et bien, à mon avis, cette image de l’avenir industriel est fausse !

Reprenons du début: Qu’est ce que l’industrie 4.0 ?

McKinsey définit l’industrie 4.0 comme “la prochaine phase de la numérisation du secteur manufacturier”. En réalité, c’est le nom donné (par l’Allemagne) à l’intégration progressive des solutions technologiques qui nous entourent, à l’industrie traditionnelle et à ses pratiques. Plusieurs technologies sont au centre de ces changements : Big data (mégadonnées), Internet des Objets, Robotique, Intelligence Artificielle, etc.

Aujourd’hui, de nombreuses entreprises manufacturières ont testé ces technologies et ont pu constater des changements et des améliorations significatives. Dans une usine en Inde, par exemple, le rendement des équipements a augmenté de 18 %, alors que dans le Michigan, une usine a réduit ses temps d’arrêts de 20 % grâce à l’utilisation de capteurs IoT pour surveiller l’usure des machines. Un autre exemple est IBM Maximo asset management, qui permet aux utilisateurs de détecter, de communiquer, et de diagnostiquer les problèmes des machines et des appareils connectés dans l’usine. D’après la société, les données recueillies à partir des processus #workflow peuvent réduire de 48% les taux de d’erreur.

“La quatrième révolution industrielle n’est donc pas sur le point de changer le secteur manufacturier, elle l’a déjà fait !”

La quatrième révolution industrielle n’est donc pas sur le point de changer le secteur manufacturier, elle l’a déjà fait ! Cependant, tout n’est pas aussi rose qu’il y parait et certaines questions et préoccupations commencent à surgir…

Transformation numérique : le revers de la médaille…

Ok, disons que nous avons compris que la quatrième révolution industrielle était en marche. Quel est le problème alors ? Nous semblons oublier qu’elle est là pour nous aider, nous les humains, à avoir une vie meilleure et plus simple, et non pas à nous remplacer ou à nous rendre misérables.

Commençons par clarifier quelques points :

  • Des buzz words ? Industrie 4.0, manufacturier innovant,… Ce sont des buzz words très à la mode ! Pourquoi ? Parce que tout le monde en parle et que personne ne sait vraiment de quoi il s’agit ! Comprendre ces concepts et les technologies qu’ils englobent est le premier pas vers une implémentation réussie.
  • Des investissements lourds ? Par le passé, la mise en place des technologies demandait beaucoup d’argent mais aujourd’hui, elles sont devenues plus abordables. Les solutions technologiques deviennent de moins en moins chères, et vous pouvez gagner beaucoup en investissant peu.
  • Des robots sophistiqués ? Pour atteindre vos objectifs stratégiques, il vous faut le robot le plus adapté à vos besoins, et ça ne signifie pas forcément le plus cher ou le plus sophistiqué! N’oublions pas que la technologie est là pour résoudre nos problèmes, et non pas pour nous en créer de nouveaux !
  • Les usines connectées sont la solution ? Oui, vous allez avoir besoin de récolter des données. Cependant, le vrai défi c’est d’être capable de les analyser pour vraiment en tirer parti. Il s’agit plus de savoir lire les bonnes données que de tout connecter.
  • Plus d’employés ? Oui, c’est vrai, certains emplois vont disparaitre, mais d’autres vont être créés ! Vous n’aurez pas besoin de licencier vos employés, vous pouvez les accompagner vers les nouvelles tâches que l’automatisation exigera. De plus, si vous n’avez plus d’humains dans votre usine, avec qui allez-vous célébrer vos succès ?

Le plus gros problème de l’industrie 4.0 est que nous semblons perdre de vue que son but principal est de trouver des solutions aux problèmes des manufacturiers et de les élever au niveau supérieur pour qu’ils aient un impact positif sur l’industrie comme sur les économies.

Cliff Justice, associé de KPMG dit « [L’industrie 4.0] n’automatise pas les gens, elle augmente leur potentiel. »

Les humains sous estimés dans les usines ?

Vous l’avez probablement compris, je crois que les humains devraient faire partie intégrante de la révolution industrielle en cours. Pour réussir, les manufacturiers ont besoin de l’implication de leurs employés !

C’est une erreur de considérer que l’industrie 4.0 signifie la fin de la main d’œuvre humaine, et c’est également faux de considérer que les individus conserveront les mêmes postes. En effet, on observe d’ores et déjà une pénurie de main d’œuvre.

D’après  Manufacturing Global : «On estime que chaque année jusqu’en 2024, 186 000 nouveaux postes d’ingénieurs seront à pourvoir, alors que chaque année il manque 20 000 diplômés. » En fait, les robots ne volent pas d’emplois, ils remplacent ceux que les individus ne veulent plus faire, tandis que les emplois des humains évoluent vers des postes à plus grande valeur ajoutée.

Ici, un exemple allemand de la façon dont la transformation numérique peut créer plus d’emplois qu’elle n’en détruit. Là, une autre illustration de comment les robots peuvent aider les humains sur des tâches de base et pénibles tout en améliorant la sécurité des employés. Un dernier exemple dans une usine Mercedes, qui après avoir fait l’expérience d’une automatisation générale de son usine, a décidé de revenir en arrière en remplaçant ses robots par des humains… Enfin, un rapport intéressant, publié par KPMG et portant le titre évocateur « Industrie 4.0, tout est à propos de l’humain »  

“Avant la première révolution industrielle, 40% de la population était composée de travailleurs agricoles. Aujourd’hui, les travailleurs agricoles ne représentent plus que 2% de la population. Et pourtant, il y a toujours du travail.”

Il est important de garder à l’esprit que toutes les révolutions industrielles ont entrainé des changements dans le type de tâches effectuées par les travailleurs. Néanmoins, les gens ont toujours continué à inventer de nouveaux métiers. Avant la première révolution industrielle, 40% de la population était composée de travailleurs agricoles. Aujourd’hui, les travailleurs agricoles ne représentent plus que 2% de la population. Et pourtant, il y a toujours du travail.

Alors à quoi devons-nous nous attendre ?

L’industrie 4.0 est un terme qui regroupe de nombreuses choses. Savoir de quoi il s’agit, comprendre quelles sont les technologies derrière ce concept et évaluer le type d’amélioration qu’elles peuvent spécifiquement apporter est la tâche la plus compliquée pour le manufacturier.

Pour conclure, je vous demanderais de ne pas croire tout ce qu’il se dit sur l’industrie 4.0 et le manufacturier innovant (juste un concept à la mode, ça demande des investissements très lourds, ça sonne le fin du travail pour les humains… ) et de commencer à implémenter petit à petit des projets. Ne tentez pas de bouleverser toute votre organisation d’un coup mais avancez grâce à des projets réussis qui vous aideront à gagner l’engagement de vos employés. Et quoique vous pensiez, n’oubliez pas qu’il s’agit d’une question de survie pour les entreprises manufacturières !

“Nous ne sommes qu’à l’aube de cette quatrième révolution industrielle. De nouveaux rêves et ambitions couronnent l’horizon : skylines d’usines intelligentes, de villes intelligentes, de colonies martiennes intelligentes. C’est comme le futur de l’ancien, en fait. Et là où nous allons, nous avons toujours besoin de routes, mais nous n’avons plus besoin de chauffeurs.”

Amira Boutouchent

Subscribe now and get our latest insights weekly.


Get BRIDGR Insights first

Subscribe now and get our latest insights weekly.